Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Grenier d'un écrivain en herbe

La Montagne d'Erika

    Lorsque je revois cette montagne, je me surprends à  sourire. Pourtant, loin d’être un homme heureux, j’éprouve un sentiment de malaise. Je suis, comme qui dirait, mélancolique et nostalgique à la fois. Mes sentiments sont étroitement liés à une vieille légende que mes semblables aiment diffuser.

    Il s’agit de l'histoire de la reine Erika. La première souveraine du peuple des hommes. Son histoire se perd dans les méandres du temps tant celle-ci est ancienne. Moi-même, je n'ai appris son existence qu’en feuilletant quelques très anciens manuscrits conservés dans les Archives royales. La voici.

****

    Il y a plus de quatre siècles de cela, notre peuple était en liesse, car l’on fêtait le couronnement du nouveau souverain. Une reine plus exactement. Sa Gracieuse Majesté n’était autre que la fille du précédent roi de Balinor, Erika Fior'ella Nikatôr. Des rumeurs de l’époque parlent d’une jeune femme à la beauté incomparable dans tout le royaume. Les textes anciens parlent essentiellement de ses beaux yeux, qui envoûtaient quiconque croisait son regard. Le Manuscrit de Crystalopolis met aussi l’accent sur l’immense générosité dont faisait preuve la nouvelle souveraine envers les plus démunis. Il y est mentionné que « lorsque la reine se mêlait à la foule venue l’admirer, celle-ci faisait appeler ses trésoriers et mettait une partie de l’or royal à la disposition du peuple ». À présent que j’y pense, c’est vrai que sa réputation était si grande qu’elle a traversée les siècles pour parvenir jusqu’à nous.

    Les années s’écoulèrent tandis que la popularité de la reine Erika Fior'ella Nikatôr était à son summum. Multipliant les apparitions en public, se souciant du sort des plus pauvres et embellissant toujours plus Crystalopolis, la capitale et adoptant une politique pacifique envers les autres peuples, sa renommée allait croissante. Tout allait pour le mieux pour les hommes.

    Jusqu’à ce jour de décembre de l’an de grâce 563, au terme de sa septième année de règne. Cette année-là, un fait dramatique allait cruellement affliger la souveraine et ses loyaux sujets. Des marchands lycanthropes qui faisaient transiter leur marchandise, avaient apporté avec eux un terrible bacille, encore inconnu des humains, le bacillus solidicis qui allait – en moins d’une semaine, décimer le peuple des hommes. Le Manuscrit de Crystalopolis raconte que « nous ignorions la source de ce mal qui a été déchaîné contre nous. Était-ce les Forces du Chaos, ou bien les Dieux ? Nul ne le savait. Pas même notre Souveraine qui tente de lutter contre les ténèbres grâce à de multiples amulettes et incantations dont elle seule connaît le secret. […] j’ignore combien de temps cela durera-t-il et si Sa Majesté elle-même sera épargnée, mais nous ne pouvons plus contenir notre inquiétude grandissante. » D’une population d’environs treize millions d’habitants en ce début d’année 1937 de l’ère balinorienne, elle chuta à six millions d'âmes. Au lendemain de l’épidémie, tous avaient le mot hécatombe en travers de la gorge. Les survivants redoutaient un nouveau pic épidémique. De ce fait, lors de la réunion de l’Ultime Conseil, et sur l’insistance des membres de ce dernier, la reine Erika se vit contrainte par l’état de son pays, de fermer ses frontières avec les autres contrées. Mesure qui provoqua le mécontentement des autres rois. Une exception notable cependant, la frontière humano-elfique restait ouverte, mais était étroitement surveillée.

    Un mois plus tard, jours pour jours, la reine ainsi que l’ensemble des nobles de la cour s’étaient secrètement réunis dans une petite vallée qui avait autrefois abrité un glacier géant. Le Cirque des Deux-Orients, du fait que les deux anciennes vallées glaciaires se trouvaient à l’Est. La raison de cette réunion presque secrète était l’érection d’un monument dédié aux victimes du « Drame lycanthrope ».

    Pour y parvenir en peu de temps, la souveraine était partie dans les lointaines montagnes du Nord-ouest pour demander de l’aide à une vieille magicienne à la réputation bien connue : Carynn Mireh'Yendra. Une fois arrivée chez cette dernière, elle lui aurait demandé de l’aider à ériger un monument qui se perdrait dans les cieux, sorte de gigantesque épitaphe en hommage à tous les personnes décédées à cause du Drame lycanthrope.

    Pour toute réponse, la vieille femme lui aurait fait don d’une graine censée devenir ce que son détenteur souhaite de plus fort au plus profond de lui. Or, la reine Erika savait ce qu’elle désirait de plus fort en elle. Cela, elle s’était promise de mettre toutes ses forces pour que ce projet se réalise. Ne serait-ce que pour son peuple. Il ne restait plus qu’à choisir un lieu propice à l’érection d’un tel monument. L'Assemblée des Sages vota à l'unanimité pour le Cirque des Deux-Orients, un lieu de toute beauté qui subjuguait quiconque l'observait.

    Le lendemain, Sa Majesté, accompagnée des dignitaires de la Cour et du Président de l'Assemblée des Sages vinrent sur les lieux. Au terme d'une cérémonie officielle, elle proclama ce lieu, au nom des douze Dieux, Mémorial de l'Éternité. l’Instant. Pour ce faire, et selon les conseils des alchimistes du Palais royal, la jeune femme ordonna que l'on creuse un trou afin d'y déposer une graine magique. On le scella à l'aide d'un rocher à la taille imposante. Puis, l’on demanda aux pleureuses de venir y déposer chacune cinq larmes amères. Cependant, ces premières larmes officielles, seraient insuffisantes, puisque le nombre de défunts était trop important. Par contre, le Manuscrit de Crystalopolis dit « après que les pleureuses eurent versées chacune cinq larmes amères, la souveraine en personne tint à offrir ses pleurs à la graine magique. Pendant que ses yeux pleuraient abondamment toue la souffrance endurée, toute la cour présente ne put retenir son émotion. Celle-ci lui fit don d’une lamentation unanime. »

    Les textes anciens évoquent également ceci. La vénérable Carynn Mireh' Yendra aurait adressé à la reine les paroles que voici : « Après avoir versé cent larmes, tu quitteras les lieux pour ne revenir que le lendemain à Midi. La graine a besoin de la lumière de l’astre lunaire pour amorcer sa croissance. Que toi et ton entourage se plient à cette règle et alors… alors seulement tu verras ton désir le plus cher devenir réalité. »

Sage conseil que la reine et sa cour respectèrent à la lettre.

    Le lendemain, toute la cour de Crystalopolis ainsi que sa Royale Majesté arrivèrent sur les lieux. La reine Erika ouvrit la marche pour la procession religieuse. Tous voulaient voir le monument érigé selon la volonté de la souveraine. Quelle que fut la vision que chacun avait de l’Épitaphe, aucun n’ignorait que la Cirque des deux Orients avait changé de visage. Ce lieu où l’Occident croisait son Frère d’Orient. Ce lieu était le symbole même du Cycle éternel.

Ce qu’ils virent les stupéfia tous, en laissa bouche bée quelques uns, excepté la souveraine.

    Une montagne était présente à l’emplacement même qu’avait occupé la graine magique de la veille. Une montagne si haute, que sa cime se perdait dans l’horizon nuageux. La cour venait de découvrir le projet qu’avait nourri la reine Erika depuis le Drame lycanthrope. Ce projet à présent concrétisé, devait honorer la mémoire des défunts. Bientôt, c’est le peuple tout entier de Balinor qui découvrirait la Montagne d’Erika.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Stay Away From Us 26/03/2011 12:44



Salut,


voila j'écris moi aussi une fan fiction et c'est difficile de poster des chapitres si personne n'est la pour les lires. Enfin donc, Je passe sur ton blog pour laisser une petite trace de moi mais
également pour te proposer de te faire de la pub. Sur mon blog, j'ai une petite rebrique où je laisse une liste de blog à visiter. Si sa te tente je pourrais laissé un lien direct vers ton blog?


Bonne continuation et je vais revenir relire ton histoire parce qu'elle est super interressante =D


Kenza.



Alionouchka Grigorievitch 26/03/2011 14:00



Merci de ta visite ! Quand à mon accord, tu l'as !